Bien aménager son logement pour pouvoir y vivre plus longtemps c’est avant tout s’assurer de sa sécurité. Pour cela, le premier élément à diagnostiquer puis à corriger est le risque de chute. SweetDom vous explique sa méthode pour adapter votre intérieur et vous permettre de bien vieillir chez vous. 

Savez-vous quel est le principal risque lorsque les personnes âgées choisissent de rester vivre à leur domicile ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, il s’agit de la chute. Ce qui pourrait sembler anodin à première vue est en réalité un véritable danger pour nos Seniors. En effet, un tiers des plus de 65 ans chute au moins une fois par an, ce qui représente près de 2 millions de personnes. Ces chutes, parfois très graves, peuvent nécessiter une hospitalisation. Autre chiffre inquiétant : les chutes représentent 80% des accidents de la vie courante chez les plus de 65 ans, et celles-ci surviennent à domicile dans 62% des cas.

Plusieurs facteurs expliquent à la fois la propension à chuter de plus en plus élevée au fil des années, mais également la gravité croissante de ces accidents : une baisse de la vision, des troubles de l’équilibre plus fréquents liés à des dysfonctionnement physiques multiples, ou bien tout simplement une perte d’énergie et de motricité.

Néanmoins, de nombreuses solutions simples et faciles à mettre en place existent afin de garantir une meilleure sécurité aux Seniors et leur permettre de vivre confortablement et sereinement chez eux. Parmi les précautions à prendre, vous pouvez par exemple aménager votre domicile pour éviter le risque de chute.

Evaluer le risque de chute en diagnostiquant les sources de déséquilibre

Le premier comportement à adopter lorsque l’on souhaite s’engager dans une démarche de réaménagement de l’intérieur consiste à faire l’inventaire des dangers potentiels et mesurer les risques d’accident. Plusieurs facteurs du quotidien, a priori sans importance, sont autant de sources de chute, sans que l’on s’en aperçoive.

Par exemple : vous souhaitez changer une ampoule défectueuse au plafond. Il est fort à parier que vous allez grimper sur une chaise pour atteindre le luminaire. Pourtant, ce geste anodin pourrait se transformer en exercice périlleux s’il n’est pas fait dans des conditions de sécurité suffisantes.

Certains objets de votre intérieur peuvent également compliquer vos déplacements ou votre vie au domicile : des sols glissants, des tapis mal positionnés, un éclairage extérieur ou intérieur défaillant, un mobilier compliqué à utiliser au quotidien, des petits objets qui constituent des obstacles…

Vous le constatez, il est impératif d’évaluer le risque de chutes chez-soi en procédant à un questionnaire assez simple qui servira de base à l’aménagement de votre intérieur :

  • Existe-t-il des zones d’ombre même avec les lumières allumées ?
  • Des objets traînent-ils par terre : fil électrique, tuyau d’arrosage… ?
  • L’usage d’une chaise est-il nécessaire pour attraper un objet ?
  • Y a-t-il des obstacles dans les couloirs : meubles… ?
  • Faut-il se rendre à tâtons d’une pièce à une autre ?
  • Une chute est-elle déjà arrivée dans la douche ou sur le carrelage mouillé ?

SweetDom vous propose plusieurs solutions pour diagnostiquer votre logement.

Adapter son intérieur pour supprimer le risque de chute

Puisque 62% des chutes des seniors se produisent au domicile, réaménager son logement permet de limiter considérablement le risque d’accident. Des gestes simples peuvent également concourir à l’amélioration du sentiment de sécurité et de confort chez soi.

Eliminer les obstacles

Le premier réflexe à adopter afin de limiter le risque de chute est de libérer de l’espace afin de circuler facilement à l’intérieur du domicile. Pour ce faire, il convient par exemple de ne rien laisser traîner par terre pour ne pas trébucher (petits bibelots, fils électriques, jouets d’enfants etc.). De même, il arrive que certains meubles soient mal positionnés dans le logements (des commodes qui obstruent les couloirs etc.) : il est donc important d’agencer votre intérieur de manière à ce que celui-ci soit confortable, esthétique, et qu’il vous permette de vivre dans des conditions optimales de sécurité.

Eviter de glisser

Des tapis mal fixés au sol, des parquets cirés, ou encore des carrelages glissants : voici autant de situations où vous risquez de tomber. La solution est d’installer des revêtements de sol antidérapants. La salle de bain est une autre zone à risques : avec les éclaboussures d’eau, le sol peut vite se transformer en patinoire. Sachez que vous pouvez aussi acheter des pastilles autocollantes ou des tapis de douche qui limiteront vos risques de chute.

Améliorer l’éclairage

Que l’on soit jeune ou plus âgé, nous avons déjà tous fait l’expérience d’une chute maladroite la nuit par manque d’éclairage. Les seniors étant cependant plus fragiles, il est indispensable de maintenir un niveau d’éclairage suffisant, de jour comme de nuit. Cela signifie qu’il faut multiplier les sources de lumière au cours de la journée, mais également de laisser une veilleuse la nuit, ou mettre en place un chemin lumineux. Il sera ainsi plus facile de se rendre aux toilettes de nuit par exemple, ou bien de se lever pour prendre un verre d’eau dans la cuisine.

Faciliter les déplacements

Installer des aides au déplacement est un excellent moyen de gagner en équilibre et en stabilité. Quelques installations simples peuvent être posées pour sécuriser les mouvements entre les différentes pièces du logement : par exemple, des barres d’appui mises en place dans des endroits stratégiques, comme la salle de bain, les toilettes etc. Pour accéder aux étages supérieurs de la maison, pourquoi ne pas installer un monte-escaliers ? De quoi conserver son énergie pour des tâches plus signifiantes que monter et descendre des marches.

Les seniors peuvent également adopter des outils qui faciliteront leur propre déplacement, tels que la canne ou le déambulateur. Ces objets familiers évitent à nos aînés de trop se fatiguer tout en rendant la marche plus aisée.

Rendre les rangements accessibles

La première chose à faire afin de rendre les objets de la vie courante facilement accessibles est de repenser la façon dont ceux-ci sont actuellement agencés. Il est en effet plus pratique de placer à portée de main ceux dont on se sert quotidiennement. Cela veut parfois dire qu’il faut repenser l’organisation d’une pièce, comme la cuisine ou la salle de bain. Mais dans d’autres cas, il peut suffire simplement d’utiliser différemment le mobilier, ou bien de se munir d’un bras à rallonge pour ne pas grimper sur un autre meuble. De nombreuses solutions existent en fonction des cas de figure, il faut simplement trouver celle qui vous correspond le mieux !

Il existe donc de multiples façons pour les seniors de se prémunir contre les chutes. Que ce soit des gestes simples à adopter ou bien des aménagements du logement à effectuer, il est primordial, lorsque l’on a atteint 65 ans, de mettre en place les bonnes stratégies pour vivre dans des conditions de confort et de sécurités optimales.

Par ailleurs, il est également indispensable d’assurer un suivi médical de qualité pour limiter un vieillissement prématuré et donc éviter des accidents. Pour rappel, il est recommandé de consulter un ophtalmologiste tous les 18 mois environ pour évaluer sa vue, et son médecin généraliste au moins une fois par an, pour contrôler sa perception sensorielle, sa motricité et sa coordination.

Céline Viegas

Sources :

https://www.attitude-prevention.fr/chute-des-personnes-agees.html

https://www.capretraite.fr/10-conseils-pour-prevenir-les-chutes-des-personnes-agees/