Sélectionner une page

Ca y est, vous avez sauté le pas : vous avez décidé d’entreprendre des travaux d’aménagement de votre intérieur pour l’adapter à vos nouveaux besoins. Félicitations, c’est une excellente nouvelle. Néanmoins, vous voudriez bien un petit coup de pouce financier, n’est-ce pas ? Grâce à cet article, découvrez l’ANAH, les aides possibles et les démarches à effectuer pour les obtenir.

Si vous hésitiez encore à vous lancer dans l’aventure, vous serez sans aucun doute convaincu qu’adapter votre logement est une opération gagnante, à la fois pour votre confort et votre sécurité, mais aussi pour votre porte-monnaie !

Qu’est ce que l’ANAH ?

L’ANAH, également appelée « Agence Nationale de l’Habitat », est un établissement public français dont la mission principale est d’améliorer les logements privés existants. Pour ce faire, cette agence distribue des aides financières sous conditions afin de réaliser des travaux d’aménagement de l’habitat. De concert avec la lutte contre la précarité et la lutte contre les logements indignes, l’adaptation de l’habitat aux besoins des personnes âgées ou en situation de handicap occupe une place primordiale dans les champs d’action de l’ANAH.

Seniors : l’ANAH vous aide à bien vieillir chez vous

Comme l’écrasante majorité des seniors, vous souhaitez continuer à vivre chez vous année après année, mais pour cela vous devez adapter votre logement à vos nouveaux besoins ? En fonction de vos revenus, l’Anah peut prendre en charge jusqu’à 50% du montant de vos travaux !

Deux cas de figure se présentent à vous :

  • Vous appartenez à la catégorie des « ressources très modestes » : l’ANAH peut financer 50% du montant total des travaux hors taxe, jusqu’à un plafond de 10.000 euros.
  • Vous appartenez à la catégorie des « ressources modestes » : l’ANAH peut prendre en charge 35% du montant total des travaux hors taxe, jusqu’à une somme maximal de 7.000 euros.

Cliquez sur ce lien pour connaître les plafonds des conditions de ressources fixés par l’ANAH.

NB : pour connaître vos conditions de ressources personnelles, vous devez vous référer à votre revenu fiscal de référence indiqué sur votre avis d’imposition. N’oubliez pas : si vous souhaitez déposer une demande d’aide pour l’année 2019, il faut donc prendre en compte le revenu fiscal de 2017, que vous trouverez sur votre avis d’impôt de l’année 2018.

D’autre part, sachez que si vos travaux d’aménagement permettent de faire baisser votre consommation d’énergie d’au moins 25%, vous pouvez également prétendre à la prime « Habiter Mieux ». Selon votre catégorie de revenus, vous pouvez obtenir jusqu’à 2.000 euros d’aide supplémentaire.

Pour pouvoir bénéficier de ces aides, vous devez donc :

  • être propriétaire du logement concerné par les travaux d’aménagement
  • ne pas dépasser un certain niveau de revenus

Votre logement, quant à lui, doit avoir plus de 15 ans au moment où votre demande d’aide est acceptée.

Les aides de l’Agence ont été récemment renommées afin d’être plus claires pour le public. Dans la continuité des subventions « Habiter Mieux » dédiées à la rénovation énergétique, les autres programmes ont été baptisés « Habiter sain », « Habiter serein », « Habiter facile » et « Louer mieux ».  

À savoir que le processus ne change pas, il s’agit d’aides prenant  en charge un pourcentage du financement de la réforme d’un logement pour les propriétaires occupants et les propriétaires bailleurs. Cet article reprend en détails les plafonds 2019.

Vous pourrez, de plus, cumuler cette aide au Crédit d’Impôt Transition Énergétique 2019 (CITE) pour votre future rénovation. 

En dehors de l’ANAH, il existe également d’autres aides complémentaires pour vous aider à financer vos travaux. Il est par exemple possible que vous puissiez bénéficier d’aides de l’Assurance retraite, notamment via votre caisse de retraite

Sachez également que certaines accordent des aides financières, selon des conditions spécifiques à chaque localité. Pour savoir si vous pouvez en bénéficier, vous pouvez contacter :

  • Un point rénovation info service (via le site de l’ANAH ou au 0820 15 15 15 (0,05 € /min)),
  • Une Agence Départementale pour l’Information sur le Logement, s’il en existe une dans votre département
  • Les services dédiés de votre département

Enfin, d’autres aides fiscales peuvent être distribuées par le service public, telles que des crédits d’impôt, sous certaines conditions. Pour en savoir plus, consultez le site : service-public.fr

Si vous êtes locataire du logement que vous occupez, sachez que les aides distribuées par l’ANAH sont exclusivement réservées aux propriétaires occupants ou bien aux bailleurs du bien en question, à l’exception de certains bailleurs sociaux.

En tant que locataire, vous devez donc obtenir l’accord écrit de votre propriétaire avant de commencer les travaux d’aménagement. Une fois cet accord obtenu, vous pourrez déposer une demande d’aide auprès de l’ANAH. Ces travaux seront à vos frais (et non à ceux de votre propriétaire), mais vous pourrez bénéficier des aides de l’Agence dans les mêmes conditions qu’un propriétaire.

Dans tous les cas, sachez que SweetDom est à vos côtés et vous aide à trouver des solutions pour financer votre projet d’aménagement de votre logement.

Des aides qui permettent d’adapter son logement à son handicap

Si vous êtes en situation de handicap, de nombreux travaux peuvent être conduits dans votre logement afin de l’adapter à vos besoins. Par exemple, élargir les portes de votre intérieur afin de faciliter le passage de votre fauteuil, ou bien construire une rampe d’accès à votre logement peuvent vous permettre de mieux vivre chez vous, en alliant les meilleures conditions de confort et de sécurité.

En fonction de vos revenus, l’ANAH peut vous accompagner dans le financement de votre projet :

  • Vous appartenez à la catégorie des « ressources très modestes » : l’ANAH peut financer 50% du montant total des travaux hors taxe, jusqu’à un plafond de 10.000 euros.
  • Vous appartenez à la catégorie des « ressources modestes » : l’ANAH peut prendre en charge 35% du montant total des travaux hors taxe, jusqu’à une somme maximal de 7.000 euros. 

Céline Viegas